La lutte des classes à Trumplandia

20 mai 2019 #29

“Dieu a dit : il y aura des hommes blancs, il y aura des hommes noirs, il y aura des hommes grands, il y aura des hommes petits, il y aura des hommes beaux et il y aura des hommes moches, et tous seront égaux ; mais ça sera pas facile… Et puis il a ajouté : il y en aura même qui seront noirs, petits et moches et pour eux, ce sera très dur !” Coluche.

Nuit. Jour. 

Vous avez récemment éprouvé le capitalisme. Non que vous ayez des doutes quant à ses effets, mais théories ne sont rien sans expériences. Votre épreuve a commencé par un voyage en classe affaires pour la première fois de votre vie sur un vol transatlantique. Le nom de cette classe vous amuse, car il semble bien que par atavisme vous ne faîtes d’ailleurs en général pas du tout d’affaires, ce serait plutôt le contraire. Evidemment, vous n’avez pas payé votre billet au plein tarif, vous avez profité des offres Air France de dernières minutes pour oser le surclassement. Vous êtes arrivée à l’aéroport, comme tous les gens de votre classe, avec trois heures d’avance car vous ne saviez pas que le surclassement commence au moment où vous passez les portes d’entrée de l’aéroport. Vous êtes donc d’emblée orientée vers la file « premium » où vous déposez après trois minutes d’attente votre bagage tandis que vous apprenez que le passage de la sécurité s’effectuera au poste 1 de l’aéroport et que l’accès au lounge d’Air France se situe au deuxième étage. Une dizaine de minutes plus tard, il est 13h50 et votre vol est à 16h30, vous trouvez refuge au deuxième étage et vous êtes maintenant entourée d’hommes qui semblent effectivement faire des affaires si l’on en croit le niveau sonore de leurs conversations téléphoniques ou le martèlement des touches de leur clavier d’ordinateur. Vous vous empiffrez de mignardises « offertes » par la compagnie, on connaît depuis longtemps votre appétence à foutre votre régime en l’air et vous somnolez déjà confortablement installée dans un canapé profond. Vous êtes de temps en temps sortie de votre langueur lorsque l’un de ces hommes d’affaires hurle au téléphone des nombres astronomiques et raccroche triomphant. Vous regardez autour de vous et constatez d’ailleurs que vous êtes la seule représentante de votre sexe. Vous avez tout à coup envie de lui faire honneur et de sortir votre téléphone pour gueuler dans la langue de Molière à une interlocutrice imaginaire des deals imaginaires mais le confort du canapé vous happe et vous retournez à votre torpeur; c’est que les petits canapés vous ont lestée et vous avez l’énergie d’un mollusque en phase de digestion. Vous en oubliez même d’aller faire un tour au spa Clarins pourtant chaudement recommandé par les hôtesses d’accueil. Vous verrez, chère petite madame, c’est tellement reposant, c’est une cure de jouvence avant votre long voyage. Vous n’en revenez pas de tous ces placements de produits et pendant quelques minutes vous avez l’impression d’être dans un James Bond, mais un regard rapide dans le miroir des toilettes du lounge vous rappelle à votre réalité: trop vieille, trop petite et vraiment trop bas du cul pour faire partie du club. Vous décidez de revenir aux fondamentaux et vous plongez tête la première dans la lecture de Vacarme. Vous choisissez évidemment l’édito sur les fractures de la gauche d’un air inspiré comme si vous souhaitiez revendiquer votre appartenance à une certaine classe, mais vous comprenez le ridicule de votre posture et vous êtes submergée par votre mauvaise conscience de soi-disant citoyenne de gauche. Alors que vous êtes taraudée par la culpabilité, une hôtesse du lounge vous annonce que votre vol a commencé l’embarquement. Vous laissez derrière vous votre sentiment de culpabilité tandis que vous quittez le royaume au sol des mignardises, du Wall Street Journal, des soins Clarins et du Champagne Veuve Cliquot et que vous entrez dans un monde  identique au précédent mais en altitude et dans une cabine pressurisée. Vous goûtez à tout, vous mangez tout: petits fours salés, entrée, plat, salade, fromage, ronde des pains, desserts. Vous ressemblez à un citoyen romain festoyant, allongé et qui s’assoupirait après le repas terminé, épuisé par tant d’excès. Bercée par le ronron des moteurs, le silence de votre voisine, l’esprit embrumé par les coupes de Champagne, vous poussez un soupir de satisfaction: c’est la première fois que vous voyagez sans penser à vos sous-vêtements porte-bonheur. Vous venez de faire l’expérience de la sociologie de classe et vous comprenez atterrée que l’argent est une force agissante qui maintient l’angoisse à distance. Ce moment de honte intime disparaît vite remplacée par la joie indicible de savoir que les hommes du président, en voyage officiel, quittent Air Force One les jambes lourdes, les pieds gonflés, leur cravate maculée de taches de gras, faute de pouvoir manger assis, le blanc de l’oeil rouge parce qu’ils ont passé les vingt dernières heures vissés sur leurs écrans dans l’espoir de pouvoir répondre aux injonctions d’un président qui leur impose une veille permanente, qui leur refuse le droit au repos, qui les empêche de travailler à la préparation des G7, G20, ou autres réunions des puissants avant d’avoir répondu à toutes les attaques de ces salauds de journalistes qui lui en veulent tant. Et c’est le sourire aux lèvres, que pour la première fois en quarante cinq ans, allongée confortablement dans votre siège 6J, vous vous endormez avec l’image de ces hommes du président qui embarquent leur tapis de yoga dans l’espoir de s’allonger quelques minutes dans la salle de conférence d’Air Force One et de reposer leurs yeux quelques minutes avant de parler affaires. 

Aujourd’hui, lundi 20 mai 2019, je me réjouis avec un certain plaisir inavouable à l’idée que ces officiels, ces hommes du président, viennent d’éprouver la notion de classe, je me réjouis qu’ils subissent les lubies d’un histrion amoral, d’un pervers narcissique, et je pense à tous les travailleurs d’ici et d’ailleurs, qui un jour ou tous les jours font les frais du capitalisme sauvage et supportent en silence et dans la douleur parfois leur supérieur.e hiérarchique. 

Jour. Nuit. 

Un commentaire sur “La lutte des classes à Trumplandia

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s