How I learned to stop worrying and love the bomb in Trumplandia

20 janvier 2020 #37
« Votre politique est pire qu’un simple crime; c’est une tragique bévue ! » Le Dictateur, Charlie Chaplin

Nuit. Jour.

Le 9 novembre, le monde se réveilla donc au son des « huga, huga, huga » qui venaient de l’appartement présidentiel. Nuggie, Nuggie, Nuggie s’était endormi dans sa chemise tachée sur la table dorée. M. avait eu l’énergie, quant à elle, de sortir son déshabillé des plus beaux soirs. Elle était allongée, immobile, dans le lit conjugal et respirait si discrètement qu’un observateur étranger aurait pu la croire morte. Elle sortit de sa torpeur matinale lorsqu’elle entendit Nuggie, Nuggie, Nuggie hurler depuis la table dorée où il avait échoué. Il semblait pris d’une nouvelle fureur et s’était mis à parler tout d’abord dans son sommeil, puis réveillé par sa propre voix avait commencé à déclamer un texte parfaitement incompréhensible. Il avait des allures de comédien des temps anciens avec des trémolos dans la voix. Il paraissait habité par une vision et s’adressait à une foule imaginaire dont il calmait la frénésie en levant les bras au ciel en forme de V.
M. , effrayée, s’approcha sans bruit du salon.
« Mffrrpuckk. HUGA. GA. GA. Mffrrpuckk. »
Elle se mit à pleurer silencieusement en entendant ces « mots ». Elle ne pouvait se faire à l’idée que ce pays qui l’avait accueillie, elle, la brunette de l’Est, avait élu un président, fût-il son mari, qui avait perdu la raison. Et tandis qu’elle sanglotait recroquevillée dans un coin dans son déshabillé du soir, Nuggie, Nuggie, Nuggie continuait à haranguer la foule imaginaire.
« Mffrrpuckk. HUGA. GA. GA. Mffrrpuckk. Mffrrpuckk. HUGA. GA. GA. Mffrrpuckk. Mffrrpuckk. HUGA. GA. GA. Mffrrpuckk. I will do a terrific job. We will win again and again with many many people. Believe me. Mffrrpuckk. HUGA. GA. GA. Mffrrpuckk. Mffrrpuckk. HUGA. GA. GA. Mffrrpuckk. Mffrrpuckk. HUGA. GA. GA. Mffrrpuckk. I mean, we defend everybody. We defend everybody. No matter who it is, we defend everybody. We’re defending the world. And believe me, the world needs me, the world will be a better place because I have many, many friends and China does not have a clue that I am going to hit a home run. If they hit me harder, let tell you, they will see something they never seen before, ever. Mffrrpuckk. HUGA. GA. GA. Mffrrpuckk. Mffrrpuckk. HUGA. GA. GA. Mffrrpuckk. Mffrrpuckk. HUGA. GA. GA. Mffrrpuckk. This is going to be amazing, trully unbelievable, because we are truly the best and they, the others are just very very pathetic. This is massive, it will be so powerful that this will be a major major win. People know it’s going to happen. Because China and the others they are just morons. And the rest, just plain losers. Mffrrpuckk. HUGA. GA. GA. Mffrrpuckk. Mffrrpuckk. HUGA. GA. GA. Mffrrpuckk. Mffrrpuckk. HUGA. GA. GA. Mffrrpuckk. GA. Ga, ga, ga, gagagaga.»
M. se redressa. Nuggie, Nuggie, Nuggie s’était arrêté de « parler » et s’était de nouveau effondré sur la table dorée du salon. Paniquée, M. se précipita à son chevet et le trouva profondément endormi. Dans son délire, il s’était affalé sur la table avec les bras toujours en V, la joue écrasée et la bouche distordue par un rictus effrayant. Elle trouva également sur la table des notes écrites en lettres majuscules au Stabilo noir. Elle lut en silence ses notes griffonnées à la hâte et dont le sens lui échappa, seul l’historien des temps à venir aurait pu déchiffrer les gribouillages de cette âme altérée par l’ivresse du pouvoir. M., qui avait conscience de la gravité du moment, les saisit et les jeta dans la fausse cheminée du salon doré. Geste fatal. Qui sait? Le monde aurait pu peut-être se préparer aux multiples mensonges, à la paupérisation des classes populaires et moyennes, à l’enrichissement des 1% les plus riches, aux différents renvois et démissions des agents des services fédéraux, à l’annonce du retrait de la COP 21, à l’autorisation de la vente de défenses d’éléphant, au maintien de la pression de la NRA, aux accusations de harcèlement, au déplacement de l’ambassade américaine à Jérusalem, aux camps d’immigrants à la frontière du Mexique, aux guerres commerciales, à la nomination de Brett Kavanaugh à la cour suprême de justice, à la démission de James Mattis, au blocage du gouvernement américain à deux reprises, aux massacre des kurdes, aux coups de téléphone sulfureux avec l’Ukraine, aux arrangements financiers et politiques avec Poutine, à sa mise en accusation par le congrès américain, à l’assassinat de Quassem Souleimani, ETC. ETC. ETC.
En attendant, il reste moins d’une année pour se préparer. Joyeux anniversaire?

Jour. Nuit.

Lire l’article de The Atlantic sur le parler de Trump: https://www.theatlantic.com/magazine/archive/2018/03/how-to-talk-trump/550934/

2 commentaires sur “How I learned to stop worrying and love the bomb in Trumplandia

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s