La vie mode d’emploi à Trumplandia

20 mai 2020 #41

«  Etant une minorité à la fois comme caste et comme classe, nous vivions sur l’ourlet de la vie, en luttant contre notre faiblesse et en nous battant pour nous accrocher sans aide dans les grands plis du vêtements. » L’oeil le plus bleu, Toni Morrison. 

Nuit. Jour. 

Alors alors quelle année, hein!  

Oui, quelle année!

La covid ( t’as vu je dis la covid depuis que j’ai écouté France Cu), le confinement. 

Ouais c’est long. 

Le meurtre de George Floyd, le couvre-feu.

Ouais, histoire d’une nation. 

Les manifestations, le pays qui s’embrase et qui déborde sur le vieux continent… 

Ouais j’ai vu.

Et Seattle qui se réveille avec une zone autonome.  

Ouais je sais.

Vers un nouveau forum romain? 

J’espère. 

Pendant la plus grande crise économique du pays. 

Sans doute. 

Une crise sanitaire et une crise économique doublées d’une révolution? 

Quelle époque! 

Et on n’est qu’au mois de juin, encore six mois, que peut-il bien se passer? 

Qui sait? 

Tout ça dans un contexte d’année électorale!

C’est sûr.

Et Black Lives Matter, une nouvelle force agissante?  

Ma foi…

Des voix qui comptent. 

Enfin. 

Qu’en dis-tu? 

Je n’en dis rien. 

Tu ne peux pas ne rien en dire. 

Si je peux. 

Ton silence est un silence complice. 

Complice de?

Il encourage la violence systémique. 

Peut-être mais il ne saisit pas un espace qui n’est pas le sien. 

Qu’est-ce que tu racontes? 

Je ne suis pas spécialiste des questions raciales aux Etats-Unis. 

Et alors? 

Je ne suis pas noire. 

Et donc? 

Donc je ne sais rien. Je ne sais pas ce que c’est que de faire un jogging et d’en mourir. Je ne sais pas ce que c’est que d’être chez moi et d’en mourir. Je ne sais pas ce que c’est que d’être arrêté et d’en mourir. Je ne sais pas ce que c’est de manifester et d’en mourir, de faire ses courses et d’en mourir, d’être en voiture et d’en mourir. Je ne sais pas ce que c’est de craindre la mort de mon fils parce que sa couleur fait peur. Je ne sais pas ce que c’est d’observer les oiseaux dans le ciel et de faire peur. Je ne sais pas ce que c’est de désapprendre à siffler parce que siffler peut tuer. Je ne sais pas ce que c’est de me faire cracher dessus, insulter, lyncher parce que ma couleur est une incitation à la violence des uns. Je ne sais pas ce que c’est de redouter le moment où il faudra s’assoir un soir de mai 2020 et prendre mon fils par la main, le regarder dans les yeux, et d’une voix douce mais ferme lui rappeler le mode d’emploi. 

Le mode d’emploi? 

Le mode d’emploi pour être en vie, pour rester en vie.  

Aujourd’hui mardi 23 juin 2020, je ne dis rien parce que je ne sais rien. 

Jour. Nuit. 

2 commentaires sur “La vie mode d’emploi à Trumplandia

  1. Non, moi non plus je ne dis rien pour la même raison. Mais rien ne m’empêche de diffuser ton silence et de le faire entendre autour de moi.
    Silencieusement
    Lorenza

    J'aime

Répondre à mesgages Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s